Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le tour du monde en 80 ... polars

Bibliographies , chroniques de lecture : des scènes de crime sur les cinq continents.

"L'homme de Kaboul" auteur Cédric BANNEL

"L'homme de Kaboul" écrit par Cédric BANNEL est paru en mars 2011 chez Robert Laffont. Le Qomaandaan Oussama Kandar de la brigade criminelle de Kaboul entre en scène ...

Bibliographie de l'auteur ici http://romans-policiers-des-cinq-continents.over-blog.com/2017/05/cedric-bannel.html 

"L'homme de Kaboul" auteur Cédric BANNEL

Dés les premières pages Cédric Bannel nous entraîne dans un univers magnifiquement décrit ( un peu comme dans un reportage journalistique ), criant de vérité, fait de dangers, de récits sur l'Histoire violente des trente dernières années et sur les charmes d'une vie quotidienne sans cesse brisés par des attentats. Mais l'Afghanistan n'est pas qu'un champ de bataille, il y a aussi une vie dans la capitale Kaboul.

Nous sommes au mois de mars avec ses températures changeantes. Un calme, précaire, règne à Kaboul où il est possible de se promener librement où on veut. Cette liberté est difficilement garantie, les véhicules militaires de la Coalition réunie par l'Otan et l'ONU sont là pour le rappeler. L'Afghanistan reste un pays avec son administration, l'aéroport fonctionne, le courrier est distribué et il y a une police criminelle à Kaboul.

Il y a une police criminelle à Kaboul que l'on retrouve sur le lieu d'un suicide suspect. Wali Wadi un ouzbek connu pour ses petits trafics s'est-il suicidé d'une balle dans la tête ? La présence sur place du ministre de la Sécurité Burhanuddin Khan Durrani, un Pachtoun corrompu, et d'un Blackwater, ne manque pas d'inquiéter Oussama Kandar le chef de la brigade criminelle de Kaboul. Le Qomaandaan Kandar est arrivé dans son 4 X 4 blindé protégé par trois hommes armés de fusils d'assaut. Une procédure se met en place, la technologie manque alors il faut la faire venir de Moscou ou de Turquie. A Kaboul, il reste une administration plus efficace qu'on ne le pense, à l'aéroport où à la section des immatriculations de la préfecture. Mais le recueil d'indices est parfois rémunéré fort cher.

Oussama Kandar, quel héros atypique ! Tellement afghan ! Fils d'un berger baloutche, connu pour sa piété ( musulmane bien sûr, il a accompli le pèlerinage rituel à La Mecque ce qui lui vaut le titre de hadji ou "saint homme" ) il n'hésite pas à se livrer à sa prière rituel au milieu d'une perquisition. Sa grande taille en impose ( il mesure deux mètres ) et sa réputation n'est plus à faire, il a combattu contre les russes aux côté du commandant Massoud comme tireur d'élite. Il a également lutté contre les talibans. Oussama est marié, Malalai, sa seule épouse est une gynécologue, indépendante, féministe et libre d'esprit. Une exception en Afghanistan ! Le couple a deux enfants, en sécurité à l'étranger avec de bons métiers; un autre est mort au combat, dignement.

Très vite Oussama se retrouve englué dans une affaire politique qui le dépasse. Un meurtre en Afghanistan peut dissimuler les agissements des services secrets des grandes puissances et de sociétés privées mandatées pour le sale boulot ou d'officines occultes capables d'agir quand personne d'autre ne peut le faire. Pour retarder l'enquête tout est bon, y compris l'attentat suicide. En Afghanistan, un taliban modéré peut se révéler un allié précieux, les origines ethniques ( tadjik, pachtoune, turkmène, ouzbek, baloutche ... ) peuvent être plus fortes que la hiérarchie et l'honneur d'un clan garantit une protection efficace.

L'Aghanistan ce n'est pas seulement Kaboul mais en dehors de la capital il n'y a pas de place pour un enquêteur, il faut être un aventurier ou un combattant pour se rendre à Kandahar ou franchir la fameuse passe de Khyber qui mène vers la zone tribale au Pakistan. Oussama Kandar entraîne le lecteur dans la vallée du Panshir, vers Kunduz, à plus de quatre mille mètres d'altitude par un froid glacial sur les routes vertigineuses du Nouristan, une région hors du temps où les talibans dominent encore les populations locales. La carte figurant au début du livre guide efficacement le lecteur.

Après les procédures policières, l'action et le suspense, la fin apporte son lot de surprises. Mais une fois passé l'étonnement, je me suis dit "Logique, pouvait-il en être autrement ? Ce n'est que le réalisme afghan !"

Passionnant, tout simplement passionnant ! Ce roman permet autant de découvertes géographiques que lors d'un vrai voyage. La fiction est crédible et se fond dans le quotidien d'un Afghanistan aussi attachant que brutal. L'Afghanistan, pays du mimétisme. Dans ma mémoire, je garde l'image de maisons de pierre presque invisibles dans un paysage minéral. Le tome 2 des enquêtes du Qomaandaan Oussama Kandar va me permettre de retourner d'ici peu en Afghanistan.

 

"L'homme de Kaboul" auteur Cédric BANNEL
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article